Participez à notre concours photo !

Sortez vos appareils et allez à la rencontre de la anture, la nuit. Nous attendons vos photos qui, si elles sont sélectionnées par notre jury, seront exposées pendant la 3ème édition de Territoires Sauvages. A l'issue du Festival, deux prix seront remis (Prix du jury et Prix du public)

15477338675 0f77615813 o© M. Berroneau

Les autres sites de l'association

logo sc 2lignes 2
LogoTS
SOS

L'agenda

Voir toutes les sorties

Pour la protection intégrale des vipères françaises

Le futur arrêté fixant la liste des amphibiens et reptiles protégés en France métropolitaine n’accorde qu’une protection partielle à la Vipère aspic et à la Vipère péliade. Le texte légitime ainsi la destruction de ces espèces, pourtant en déclin. Vous avez jusqu’au 1er décembre 2019 pour demander une modification du texte soumis à consultation publique. On vous explique pourquoi cela est important.

Le ministère de la transition écologique et solidaire (MTES) s’apprête à mettre à jour l’arrêté fixant la liste des amphibiens et des reptiles protégés en France métropolitaine. Pour le moment, le texte soumis à consultation publique nous interpelle pour deux de nos espèces de vipères : la Vipère aspic et la Vipère péliade. Leurs habitats sont protégés mais malheureusement « la destruction des spécimens reste possible pour des raisons de sécurité ».

Ce statut de protection partielle est tout à fait insuffisant et illégitime.

L’effondrement des populations de ces espèces est avéré dans les régions où des suivis à long terme existent. Par exemple, en dix ans les effectifs de Vipère péliade ont régressé de 40% en Normandie, (Barrioz et al. 2019). Leur protection intégrale est indispensable tant pour être prises en compte dans les études réglementaires (études d’impact, loi sur l’eau…), que pour renforcer les actions de conservation ou de sensibilisation. Angleterre, Belgique, Luxembourg, Allemagne, Suisse, Espagne et Portugal… nos voisins européens l’ont bien compris. La France fait aujourd’hui figure d’exception européenne en n’accordant à ces vipères qu’un statut de protection partielle. Rappelons aussi que le nombre de morsures de vipères en France est faible (<300/an) et les cas de mortalité sont anecdotiques en comparaison aux piqures d’abeilles, de guêpes ou de frelon. Il n’y a pas eu de mort en France par morsure de vipère depuis 2013, et ce dernier cas fait suite à une manipulation de spécimen en public. La meilleure attitude à adopter face à une vipère reste encore de lui laisser prendre la fuite.

Dans le contexte actuel de déclin massif de la biodiversité et d’effondrement de la faune et de la flore, légitimer de la sorte la destruction d’une espèce menacée est une aberration.  La consultation est ouverte jusqu’au 1er décembre 2019 : prenez le temps de demander la modification du texte pour inscrire ces deux espèces à l’article 2 de l’arrêté (protection intégrale) en cliquant ici.


Vipères aspics

Le ministère de la transition écologique et solidaire (MTES) s’apprête à mettre à jour l’arrêté fixant la liste des amphibiens et des reptiles protégés en France métropolitaine. Pour le moment, le texte soumis à consultation publique nous interpelle pour deux de nos espèces de vipères : la Vipère aspic et la Vipère péliade. Leurs habitats sont protégés mais malheureusement « la destruction des spécimens reste possible pour des raisons de sécurité ».

Ce statut de protection partielle est tout à fait insuffisant et illégitime.

L’effondrement des populations de ces espèces est avéré dans les régions où des suivis à long terme existent. Par exemple, en dix ans les effectifs de Vipère péliade ont régressé de 40% en Normandie, (Barrioz et al. 2019). Leur protection intégrale est indispensable tant pour être prises en compte dans les études réglementaires (études d’impact, loi sur l’eau…), que pour renforcer les actions de conservation ou de sensibilisation. Angleterre, Belgique, Luxembourg, Allemagne, Suisse, Espagne et Portugal… nos voisins européens l’ont bien compris. La France fait aujourd’hui figure d’exception européenne en n’accordant à ces vipères qu’un statut de protection partielle. Rappelons aussi que le nombre de morsures de vipères en France est faible (<300/an) et les cas de mortalité sont anecdotiques en comparaison aux piqures d’abeilles, de guêpes ou de frelon. Il n’y a pas eu de mort en France par morsure de vipère depuis 2013, et ce dernier cas fait suite à une manipulation de spécimen en public. La meilleure attitude à adopter face à une vipère reste encore de lui laisser prendre la fuite.

Dans le contexte actuel de déclin massif de la biodiversité et d’effondrement de la faune et de la flore, légitimer de la sorte la destruction d’une espèce menacée est une aberration. La consultation est ouverte jusqu’au 1er décembre 2019 : prenez le temps de demander la modification du texte pour inscrire ces deux espèces à l’article 2 de l’arrêté (protection intégrale) en cliquant ici.

Actualités

  • Pour la protection intégrale des vipères française...

    08 novembre 2019
    Le futur arrêté fixant la liste des amphibiens et reptiles protégés en France métropolitaine n’accorde qu’une protection partielle à la Vipère aspic et à la Vipère péliade. Le texte légitime ainsi la ...
  • Concours photo !

    24 octobre 2019
    Cistude Nature organise un concours photographique autour du thème de la 3ème édition du Festival Territoires Sauvages : La nature de Nouvelle-Aquitaine, la nuit Pour participer, il suffit d'envoy...
  • Nos films sélectionnés !

    19 septembre 2019
    Nous sommes très heureux de vous annoncer la sélection des films de Marie Daniel et Fabien Mazzocco à plusieurs festivals de films nature cet automne !Dans les semaines à venir, vous pourrez donc...
  • Carnet rose pour le Vison d'Europe

    30 août 2019
    Grande première pour le Vison d'Europe : 4 petits sont nés en juillet à l'élevage conservatoire Zoodyssée dans les Deux-Sèvres ! Espèce protégée et classée "en danger critique d'extinction", le Vison...
  • Territoires Sauvages : une seconde édition sans la...

    02 mai 2019
    Le soleil était presque au rendez-vous pour cette seconde édition et ça change tout ! Sous la nouvelle halle de la plaine du port, dans la nature environnante, à la salle publique du Teich et au domai...
Joomla Templates by Joomla51.com