Réouverture progressive de l'association

En raison du contexte sanitaire, l’association Cistude Nature privilégie le télétravail.

Par conséquent, notre présence dans nos locaux ne peut être systématiquement garantie aux horaires habituels. Nous restons joignables au 06 89 35 87 27 Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. et via nos mails respectifs.

Les animations reprennent progressivement dans le respect des gestes barrières. Nous tâchons de mettre à jour le calendrier de notre site internet en fonction des informations disponibles. L'inscription par téléphone ou par mail via les contacts communiqués pour chaque sortie reste indispensable.

Toute l'équipe de Cistude Nature vous remercie de votre compréhension.

L’ensemble des activités annulées dans ce cadre seront à nouveau envisagées lors de la programmation de la 4ème édition en 2021.

Nous regrettons de ne pouvoir envisager ce temps fort de rencontres naturalistes et restons à votre disposition pour toute information complémentaire.

Au plaisir de vous retrouver pour la prochaine édition.

Pour la protection intégrale des vipères françaises

Le futur arrêté fixant la liste des amphibiens et reptiles protégés en France métropolitaine n’accorde qu’une protection partielle à la Vipère aspic et à la Vipère péliade. Le texte légitime ainsi la destruction de ces espèces, pourtant en déclin. Vous avez jusqu’au 1er décembre 2019 pour demander une modification du texte soumis à consultation publique. On vous explique pourquoi cela est important.

Le ministère de la transition écologique et solidaire (MTES) s’apprête à mettre à jour l’arrêté fixant la liste des amphibiens et des reptiles protégés en France métropolitaine. Pour le moment, le texte soumis à consultation publique nous interpelle pour deux de nos espèces de vipères : la Vipère aspic et la Vipère péliade. Leurs habitats sont protégés mais malheureusement « la destruction des spécimens reste possible pour des raisons de sécurité ».

Ce statut de protection partielle est tout à fait insuffisant et illégitime.

L’effondrement des populations de ces espèces est avéré dans les régions où des suivis à long terme existent. Par exemple, en dix ans les effectifs de Vipère péliade ont régressé de 40% en Normandie, (Barrioz et al. 2019). Leur protection intégrale est indispensable tant pour être prises en compte dans les études réglementaires (études d’impact, loi sur l’eau…), que pour renforcer les actions de conservation ou de sensibilisation. Angleterre, Belgique, Luxembourg, Allemagne, Suisse, Espagne et Portugal… nos voisins européens l’ont bien compris. La France fait aujourd’hui figure d’exception européenne en n’accordant à ces vipères qu’un statut de protection partielle. Rappelons aussi que le nombre de morsures de vipères en France est faible (<300/an) et les cas de mortalité sont anecdotiques en comparaison aux piqures d’abeilles, de guêpes ou de frelon. Il n’y a pas eu de mort en France par morsure de vipère depuis 2003. La meilleure attitude à adopter face à une vipère reste encore de lui laisser prendre la fuite.

Dans le contexte actuel de déclin massif de la biodiversité et d’effondrement de la faune et de la flore, légitimer de la sorte la destruction d’une espèce menacée est une aberration.  La consultation est ouverte jusqu’au 1er décembre 2019 : prenez le temps de demander la modification du texte pour inscrire ces deux espèces à l’article 2 de l’arrêté (protection intégrale) en cliquant ici.

Par ailleurs, le texte autorise la pêche « du dimanche » de la Grenouille verte. Cette espèce, hybride de la Grenouille rieuse et de la Grenouille de Lessona, est particulièrement difficile à reconnaître : l'analyse génétique est souvent la seule méthode permettant de la distinguer de ses congénères avec certitude. Maintenir une autorisation de pêche malgré ce risque important de confusion est un non sens qui nuira aux populations déjà menacées et intégralement protégées de la Grenouille de Lessona.***la rieuse est exogène en Aquitaine***
Il autorise également la pêche et l’exploitation commerciale de la Grenouille rousse, une espèce fortement en déclin aux dires des experts. Or les prélèvements commerciaux représentent plusieurs millions d’individus collectés dans les milieux naturels.

Ainsi, la Grenouille verte comme la Grenouille rousse devraient elles aussi bénéficier d'une protection intégrale.


Vipères aspics

Le ministère de la transition écologique et solidaire (MTES) s’apprête à mettre à jour l’arrêté fixant la liste des amphibiens et des reptiles protégés en France métropolitaine. Pour le moment, le texte soumis à consultation publique nous interpelle pour deux de nos espèces de vipères : la Vipère aspic et la Vipère péliade. Leurs habitats sont protégés mais malheureusement « la destruction des spécimens reste possible pour des raisons de sécurité ».

Ce statut de protection partielle est tout à fait insuffisant et illégitime.

L’effondrement des populations de ces espèces est avéré dans les régions où des suivis à long terme existent. Par exemple, en dix ans les effectifs de Vipère péliade ont régressé de 40% en Normandie, (Barrioz et al. 2019). Leur protection intégrale est indispensable tant pour être prises en compte dans les études réglementaires (études d’impact, loi sur l’eau…), que pour renforcer les actions de conservation ou de sensibilisation. Angleterre, Belgique, Luxembourg, Allemagne, Suisse, Espagne et Portugal… nos voisins européens l’ont bien compris. La France fait aujourd’hui figure d’exception européenne en n’accordant à ces vipères qu’un statut de protection partielle. Rappelons aussi que le nombre de morsures de vipères en France est faible (<300/an) et les cas de mortalité sont anecdotiques en comparaison aux piqures d’abeilles, de guêpes ou de frelon. Il n’y a pas eu de mort en France par morsure de vipère depuis 2013, et ce dernier cas fait suite à une manipulation de spécimen en public. La meilleure attitude à adopter face à une vipère reste encore de lui laisser prendre la fuite.

Dans le contexte actuel de déclin massif de la biodiversité et d’effondrement de la faune et de la flore, légitimer de la sorte la destruction d’une espèce menacée est une aberration. La consultation est ouverte jusqu’au 1er décembre 2019 : prenez le temps de demander la modification du texte pour inscrire ces deux espèces à l’article 2 de l’arrêté (protection intégrale) en cliquant ici.

Actualités

  • RA-NA.fr : Amphibiens et reptiles de Nouvelle-Aqui...

    26 mai 2020
    Cistude Nature et les associations spécialistes des amphibiens et reptiles de Nouvelle-Aquitaine lancent le site internet www.ra-na.fr pour vous aider à faire connaissance avec les espèces de votre ré...
  • Les cours à la maison c’est bien …allongé dans l’h...

    02 avril 2020
    La nature n'est pas confinée et s'en émerveiller c'est bon pour le moral !  Cistude Nature entend continuer à accompagner petits et grands dans l'observation et la découverte de leur environnemen...
  • Covid-19 : Fermeture de l'association et annulatio...

    16 mars 2020
    En raison du contexte sanitaire, l’association Cistude Nature privilégie le télétravail et restera fermée jusqu’à nouvel ordre.Par conséquent, l’ensemble des animations, sont elles aussi, annulées. Pa...
  • Appel à bénévoles

    10 mars 2020
    Vous vous émerveillez devant le réveil printanier de la faune et de la flore ? Vous partez fréquemment en quête de cistudes, de grandes tortues, orchis grenouille ? Vos jumelles et carnet d'observatio...
  • Pastoralisme et biodiversité : allier ces enjeux a...

    11 mars 2020
    Les activités agricoles et la conservation de la biodiversité représentent pour les territoires des enjeux de plus en plus interdépendants à considérer en synergie. Pour cette raison, Cistude Nature e...
Joomla Templates by Joomla51.com