Les sorties

Mammifères volants fascinants, les chauves-souris ont encore bien des secrets à nous livrer. C’est pour cette raison que le réseau d’associations que nous avons rejoint en 2019 se penche sur un certain nombre d’entre elles. Entre observations de terrain et analyses en laboratoire, la connaissance progresse peu à peu.
 Montage photo r
 

6 espèces sont ainsi étudiées par les naturalistes parmi les 27 que compte la Nouvelle-Aquitaine : Minioptère de Schreibers, Rhinolophe euryale, Grand Murin, Petit murin, Grand Rhinolophe et Murin à oreilles échancrées. Ces chauves-souris ont en commun leur caractère cavernicole : ces espèces utilisent le milieu souterrain pendant tout ou partie de leur cycle biologique.. Précieux alliés de l’agriculture et indicateurs des changements globaux, ces mammifères volants font chaque année l’objet de toute l’attention des naturalistes. C’est ainsi qu’en Aquitaine, Cistude Nature réalise une dizaine d’interventions entre avril et septembre. Sur chaque site, salariés et bénévoles se retrouvent le temps d’une soirée pour capturer un maximum d’individus, effectuer quelques prélèvements et les marquer avant de les relâcher. La soirée commence par l’installation des « harp-trap » dans lesquelles les chauves-souris vont se loger en attendant d’être auscultées une à une. Une fois la nuit tombée, chaque individu est alors pesé et mesuré. Après de rapides prélèvements (sang, poils, peau) et l’injection d’une puce qui permet de les individualiser, les petits mammifères retrouvent rapidement leur liberté. L’opération se répète ainsi à de multiples reprises dans l’ensemble de la région. Depuis 2016, 22 000 individus sont ainsi passées dans les mains des experts.

  Que nous apprennent ces données ?

 

Cet été, des Minioptères de Schreiber ont été observés en provenance d’Espagne ©Steve BourneOutre le réseau d’associations qui maillent le territoire pour récolter un maximum de données, le programme rassemble aussi des universités* qui axent leurs recherches sur les chauve-souris. Cette approche croisée associant naturalistes et chercheurs poursuit plusieurs objectifs tant en terme d’écologie des espèces que de virologie ou de génétique. Les scientifiques ont ainsi eu la surprise de constater que le Grand rhinolophe pouvait parcourir 250km sans difficulté alors qu’il était communément admis que ses déplacements se limitaient à environ 50km entre ces sites d’été et ceux utilisés l’hiver. Les analyses génétiques déjà réalisées sur le Grand rhinolophe révèlent quant à elles que tous les individus étudiés font partie d’une seule et même grande population. Un paramètre qui a son importance quand il s’agit de définir des actions de conservation. Un récent article, dont certaines données sont issues des prélèvements réalisés, démontre les adaptations génétiques du système immunitaire chez les chauves-souris leur permettant de lutter efficacement contre les virus.. Et les chauves-souris n’ont pas encore livré tous leurs secrets. Les scientifiques s’interrogent encore sur les conditions précises des accouplements de certaines espèces ou encore sur l’impact de la structure du paysage sur les déplacements des chauves-souris. Le temps presse pour améliorer ces connaissances car les chiroptères ne dérogent pas à la règle : mieux protéger suppose de mieux connaître. Et les populations ont réduit de moitié en France entre 2006 et 2019.

Vous souhaitez vous joindre à nous pour quelques nuits de captures et prélèvement ? Adressez un mail à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. pour information ou inscription (il n’est pas nécessaire d’avoir de grandes connaissances naturalistes pour se rendre utile).

* Université de Lyon, Centre d’Etudes Biologiques de Chizé, Institut Pasteur notamment

Le programme « Chiroptères cavernicoles prioritaires en Nouvelle-Aquitaine » est porté par France Nature Environnement Nouvelle-Aquitaine. Il est coordonné par Nature Environnement 17 et rassemble de nombreuses associations et partenaires scientifiques. Il reçoit les financements de la DREAL, de la Région Nouvelle-Aquitaine et des fonds européens FEDER. Plus d’infos sur le programme sur https://fne-nouvelleaquitaine.fr/programmes/#chiroptere

 

Pour aller plus loin :

https://vimeo.com/435059221/7a3f18d6ba
https://www.radiofrance.fr/franceinter/pourquoi-les-chauves-souris-porteuses-de-virus-ne-sont-pas-malades-6232880
https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/35862713/

Actualités

  • Festival Territoires Sauvages : aidez-nous !

    23 janvier 2023
    Amoureux.ses de nature, adeptes des festivals bénévoles dans l'âme, cette annonce est pour vous !Du 7 au 10 avril, nous organisons le Festival Territoires Sauvages au Teich. Entièrement gratuit, sa pr...
  • Concours Photos "Eau et biodiversité"

    23 janvier 2023
    Il est lancé ! Notre concours photos annuel est ouvert ! En 2023, le thème retenu est l'eau et la biodiversité. Vous vez jusqu'au 5 mars à minuit pour nous transmettre vos plus beaux clichés. Les 20 ...
  • Les chauves-souris livrent quelques secrets

    05 décembre 2022
    Mammifères volants fascinants, les chauves-souris ont encore bien des secrets à nous livrer. C’est pour cette raison que le réseau d’associations que nous avons rejoint en 2019 se penche sur un certai...
  • ENTOMO-NA : Vous aussi, rejoignez la mobilisation ...

    17 novembre 2022
    Les insectes disparaissent dans une certaine indifférence et la Nouvelle-Aquitaine ne fait pas exception. Sauf pour les papillons de jour et les libellules, les connaissances sont lacunaires. N...
  • Aujourd’hui, j’ai vu… un gecko !?

    14 juin 2022
      Oui, c’est possible ! Pour être plus précis, il s’agit de la Tarente de Maurétanie. Et cette information nous intéresse grandement. Avec Bordeaux Métropole, nous assurons un suivi de la...
Joomla Templates by Joomla51.com